Fillon, englué dans les affaires, maintient sa candidature

''Qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen ?'' François Fillon ne devinait pas que sa pique contre Nicolas Sarkozy, lancée le 28 août 2016, se retournerait contre lui. Le 1er mars, il confirme qu'il est convoqué par la justice en vue d'une probable mise en examen, mais maintient sa candidature. François Fillon est dans la tourmente depuis les premières révélations du Canard Enchaîné sur des emplois fictifs supposés, fin janvier. Il a affirmé qu'il renonçait à sa candidature en cas de mise en examen. Pourtant, devant l'incapacité des Républicains à s'accorder sur un autre candidat, fort de sa victoire à la primaire, laissant entendre qu'il est visé par un complot, il rassemble plusieurs milliers de ses partisans le 5 mars au Trocadéro, à Paris. C'est une démonstration de force. Alain Juppé doit admettre qu'il ne peut être candidat à sa place.