Réforme des retraites : faites-vous partie d’un « cas particulier » ?
Après la présentation de la réforme des retraites par Élisabeth Borne, le texte va être bientôt examiné par l'Assemblée. En attendant de connaître les futurs ajustements prévus, voici les informations à retenir si vous faites partie d'un "cas particulier" recensé par l'exécutif.

Tandis qu’une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites est prévue le 31 janvier, le calendrier s’accélère avec l’étude prochaine du texte au sein de l’Assemblée nationale. Malgré toutes les informations déjà disponibles, il reste parfois compliqué de s’y retrouver et de savoir quelle option s’applique à notre propre carrière. Notre diaporama vous apporte des éléments de réponse afin de savoir si vous faites partie d’un cas particulier.

Réforme des retraites : un changement profond de système

Avec la nouvelle réforme des retraites, c’est tout un système qui va être modifié en profondeur et venir changer le quotidien des Français. Si vous étiez déjà incertain face à votre future retraite et au calcul de vos trimestres, mais aussi de votre pension, les annonces du gouvernement ont forcément impacté votre vision de l’avenir. À ce jour, et avant le prochain examen du texte à l’Assemblée nationale, le gouvernement a opté pour un recul de l’âge légal de départ à 64 ans avec une hausse de la durée de cotisation à 43 annuités.

Réforme des retraites : de nombreux cas particuliers

Si, parmi les avancées proposées par l’exécutif, la perspective d’une pension minimum à 1200 euros sonne comme une nouvelle encourageante, les craintes demeurent sur l’ensemble des « cas particuliers » listés par le gouvernement. Ainsi, la suppression des régimes spéciaux est déjà l’une des premières mesures fortes de cette réforme des retraites. L’exécutif souhaite également mettre l’accent sur l’emploi des seniors, qui sera l’une des clés nécessaires pour la réussite de cette réforme. Toutefois, les cas des carrières longues, de la maternité, de la maladieou encore du chômage posent encore question. Découvrez dans notre diaporama si vous faites partie de l’un des cas particuliers prévus par le gouvernement.

Le cas des carrières longues

1/5
Le cas des carrières longues

Si vous avez commencé à travailler jeune, le dispositif des carrières longues va être conservé dans la prochaine réforme des retraites. Vous pourrez ainsi partir à 58 ans si vous avez travaillé avant 16 ans et à 60 ans pour un début de carrière avant 18 ans.

Le cas de la maternité

2/5
Le cas de la maternité

La maternité continue à vous faire valider des trimestres pour la retraite. Un enfant vous donne accès à 4 trimestres de maternité et 4 trimestres d’éducation.

Le cas d’une longue maladie

3/5
Le cas d’une longue maladie

Les périodes d’invalidité et de maladie vous offrent toujours la possibilité de valider des trimestres. La retraite pour inaptitude sera, de manière identique, fixée à 62 ans au taux maximum.

Le cas du service militaire et du service civique

4/5
Le cas du service militaire et du service civique

Le service militaire est comptabilisé dans votre retraite. Le service civique l’est également s’il a été effectué avant 2014.

Voir la suite du diaporama

Le cas du chômage

5/5
Le cas du chômage

Au régime général, les périodes de chômage valent des trimestres d’assurance. Dans la limite de 4 trimestres, si vous réunissez deux fois 50 jours de chômage pour une année civile, autant de trimestres sont validés.