Retraite : les 5 chiffres du gouvernement pour vendre sa réforme
Le gouvernement continue d'assurer le service après-vente de la réforme des retraites, à quelques jours de son arrivée à l'Assemblée nationale. Un rapport sur l'impact du projet de loi vient d'être publié et plusieurs chiffres sont à retenir.

Une nouvelle semaine sous pression. Le gouvernement sait qu’il joue gros avec sa réforme des retraites et continue donc de la vendre à des Français qui sont loin d’être convaincus. Le projet de loi a été présenté en Conseil des ministres lundi 23 janvier et des annonces ont suivi dans la journée, notamment de la part du ministre du Travail. Sans surprise, Olivier Dussopt a exclu un changement sur le nouvel âge de départ à la retraite, déclarant que "revenir sur ce point serait renoncer au retour à l’équilibre du système". "Les mesures d’âge que nous prenons sont celles qui permettent de ramener le système à l’équilibre en 2030", a assuré le ministre lors d’une conférence de presse.

Retraite : départ décalé pour 50 000 personnes cette année

Une mauvaise nouvelle pour de nombreux travailleurs, surtout ceux nés au dernier trimestre de l’année 1961 et qui prévoyaient de prendre leur retraite dès le mois de septembre prochain. Dans un avis rendu lundi 23 janvier, le Haut conseil des finances publiques indique que "le relèvement de trois mois de l’âge légal pourrait conduire (…) de l’ordre de 50 000 personnes à décaler leur départ". Les personnes nées entre le 1er septembre 1961 et le 31 décembre 1961 devront décaler de trois mois la date de leur départ. Pour d’autres, nés les années suivantes, le recul sera plus long, jusqu’à atteindre le nouvel âge légal de 64 ans.

Pour assurer son service après-vente, le gouvernement a publié un rapport sur "les objectifs et les effets du projet de réforme des retraites", décrivant "un projet de justice, d’équilibre et de progrès". "La réforme s’attachera à conforter l’objectif d’équité qui caractérise notre système, en assumant de corriger les injustices les plus importantes devant la retraite", est-il ajouté dans ce document. Plusieurs chiffres, repérés par Capital, sont d’ailleurs mis en avant dans ce rapport, afin de convaincre du bien-fondé de la réforme des retraites. Planet les résume ci-dessous.

64,4 ans

1/5
64,4 ans

Après la mise en place de la réforme des retraites, les Français nés en 1972 partiront en moyenne à 64,4 ans. Comme le précise Capital, cet âge moyen de départ est "de 63,2 ans pour la génération née en 1962, de 63,8 ans pour celle née en 1966 et grimpera à 64,6 ans pour celle née en 1980".

8 mois

2/5
8 mois

Les femmes sont-elles lésées avec la réforme des retraites ? Le gouvernement ne répond ni oui ni non à cette question. Pourtant, la différence entre les âges de départ avant et après réforme est plus grande pour les femmes. Capital rappelle qu'elle est de 3 mois pour les hommes nés en 1966 et de 5 mois pour les femmes nées en 1966. Pour celle née en 1972, cet écart est estimé à 8 mois pour les femmes, contre un peu plus de 3 mois pour les hommes. 

19 000 euros

3/5
19 000 euros

Avec la réforme, selon le document dévoilé par le gouvernement, les retraités nés juqu'en 1970 pourraient toucher 19 000 euros de pension, et jusqu'à 20 000 euros pour ceux qui sont nés dans les années 1980. 

28%

4/5
28%

Quel impact aurait la réforme sur le temps de sa vie passé à la retraite ? Dans ce document, le gouvernement explique : "La durée en retraite (calculée comme la durée moyenne à la retraite rapportée à la durée de vie totale) resterait proche de 28% en moyenne pour les hommes et les femmes pour l'ensemble des générations concernées par la réforme et continuerait de croître pour les générations 1972 et suivantes compte tenu de la baisse de la mortalité aux âges élevés". 

Voir la suite du diaporama

400 euros

5/5
400 euros

Les nouveaux retraités, qui entreront dans le système à compter du 1er septembre 2023, peuvent compter sur une hausse anuelle moyenne de la pension minimale de 400 euros. "Plus d'un assuré sur cinq de la génération 1962 verra sa pension annuelle augmenter sous l'effet de la mesure de revalorisation des minima de pension", précise le document du gouvernement. Une hausse qui sera plus forte pour les femmes que pour les hommes.