Grève du 31 janvier : toutes les perturbations à attendre
La prochaine date de mobilisation contre la réforme des retraites est fixée au mardi 31 janvier. Plusieurs secteurs pourraient être impactés par le mouvement de contestation. Tout ce que l'on sait à J-6.

Une contestation qui va durer. La mobilisation du 19 janvier était la première et pas la dernière, car les syndicats veulent inscrire le mouvement dans la durée et ont déjà prévenu qu’une nouvelle journée de grève était prévue pour le mardi 31 janvier. Pour la première fois depuis 12 ans, les principaux syndicats font front ensemble : CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, Unsa, Solidaires et FSU ont défilé ensemble dans les cortèges la semaine dernière.

Grève du 31 janvier : montée en puissance ou essouflement ?

Une unité qui a porté ses fruits puisque plus d’un million de personnes ont participé à la contestation : 1,2 million selon le ministère de l’Intérieur, entre 1,7 million et 2 millions selon les syndicats. Les syndicats le savent, pour s’inscrire dans la durée ils devront continuer à manifester ensemble, mais l’unité résistera-t-elle dans le temps ? Interrogé par Le Parisien, un responsable syndical explique : "C’est pire que la stratégie des cyclistes pendant le Tour de France. Comme dans le peloton, on se scrute, on se jauge. On évalue le meilleur moment pour partir. Ni trop tôt pour ne pas s’épuiser, ni trop tard pour ne pas démotiver. Et surtout, on repère celui qui sera la locomotive du mouvement".

Des secteurs ont d’ores et déjà décidé de faire bande à part avant et après le 31 janvier, mais la date s’annonce tout de même très suivie. Interrogé par BFMTV lundi soir, le leader de France ouvrière Frédéric Souillot explique : "On était là pour que le gouvernement entende et comprenne. Et on va le refaire le 31, où on sera encore plus nombreux puisqu’on souhaite amplifier les choses". "Si le gouvernement n’entend pas deux fois de suite, il y aura certainement le blocage du pays par la grève", prédit déjà le syndicaliste, à quelques jours de la deuxième journée de mobilisation contre la réforme des retraites. De nombreux secteurs pourraient donc être paralysés au moins une journée la semaine prochaine. Découvrez lesquels ci-dessous.

À la SNCF

1/7
À la SNCF

Les quatre syndicats représentatifs de la SNCF appellent à rejoindre "massivement" le mouvement de grève du 31 janvier. Il s'agit de la CGT Cheminots, SUD Rail, CFDT Cheminots et l'UNSA Ferroviaire.

À la RATP

2/7
À la RATP

Au 25 janvier, soit 6 jours avant la nouvelle journée de contestation, il n'y a officiellement aucun appel à la grève à la RATP. Lors du mouvement du 19 janvier, de nombreuses lignes de métro ne fonctionnaient pas complètement et la ligne 8 avait été totalement interrompues. Au niveau des RER, il fallait compter un train sur deux ou trois aux heures de pointe. 

Dans les transports hors Paris

3/7
Dans les transports hors Paris

En dehors de l'Ile-de-France, d'autres transports devraient être impactés par le mouvement de grève. Le Parisien évoque ceux de Marseille, notamment le tramway et le métro, mais aussi Lyon, où le métro, le bus et le tram "avaient cessé de fonctionner à partir du début de soirée" le 19 janvier dernier. Des précisions seront sûrement données aux usagers le week-end qui précèdera la mobilisation.

À l'école

4/7
À l'école

Le 19 janvier, 42% des enseignants du primaire avaient suivi le mouvement de grève et ils étaient près de 35% dans le secondaire. Des classes et des établissements entiers pourraient encore être fermés le 31 janvier, si les enseignants suivent une nouvelle fois le mouvement. 

Voir la suite du diaporama

Dans les raffineries

5/7
Dans les raffineries

Comme Planet vous l'expliquait, les raffineries comptent se mobiliser avant la journée du 31 janvier. Le syndicat CGT Pétrole a appelé à une grève de 48 heures à partir du 26 janvier, puis de 72 heures à compter du 6 février. Cité par Le Parisien, le coordinateur national de la CGT pour TotalEnergies prévoit des "baisses de débit" et "l'arrêt des expéditions". 

Dans les stations de ski

6/7
Dans les stations de ski

Deux syndicats des salariés des remontés mécaniques ont déposé des préavis de grève pour la journée du 31 janvier. Elles pourraient donc ne pas fonctionner normalement le 31 janvier.

Dans les ports

7/7
Dans les ports

La CGT des Ports et Docks n'attendra pas le 31 janvier pour se mettre en grève, puisqu'elle  a appelé à une grève de 24 heures dès le jeudi 26 janvier. Cité par Le Parisien, le syndicat explique que pour la semaine prochaine "la fédération va de nouveau réunir ses instances" afin de "poursuivre l'élévation du niveau de lutte".